Radiateur à inertie sèche : la performance et l’économie

Le radiateur à inertie sèche est type de chauffage doté d’un cœur de chauffe en matériaux réfractaires, et donc en céramique, en granit, ou encore en pierre de lave. Les matériaux réfractaires sont réputés pour leur inertie et pour leur capacité à résister à des températures très élevées. En revanche, l’aluminium est conductible et conserve donc moins bien la chaleur que les matériaux réfractaires.

radiateur électrique à inertie sècheLe principe de fonctionnement ici combine trois modes de diffusion de chaleur à savoir la convection, le rayonnement, et l’accumulation. La chaleur est ainsi emmagasinée jusqu’à la phase de restitution, lorsque la température de votre intérieur commence à baisser. Vous bénéficiez alors d’une chaleur constante, douce et diffuse.

Aujourd’hui certains constructeurs vous propose une large gamme de radiateurs alliant design, technologie et performance, soucieux de votre bien-être et de l’harmonie de votre décoration intérieure.

En bref, C’est dans un cœur de chauffe solide que les résistances électriques sont intégrées et qui chauffera le corps du radiateur selon le principe du rayonnement. Différents matériaux réfractaires pourront-être utilisés pour les cœurs de chauffe : la fonte, la céramique, la brique, le granit, la stéatite, la pierre de lave. Certains modèles de radiateurs à inertie sèche possèdent un double corps de chauffe : le cœur de chauffe solide et un film chauffant rayonnant en façade du radiateur. Le radiateur à inertie sèche est donc ce type de radiateur là, alliant performance et économie.

Performance du radiateur à inertie sèche

Lorsqu’on se penche sur la performance du radiateur à inertie sèche, on se réfère directement aux composés de céramique en terre de larnage. Cette dernière confère des vertus exceptionnelles. Sa composition associe feldspath, kaolin et silice qui sont des minerais reconnus comme étant les plus purs et les plus performants dans le monde du réfractaire. Avec son mode de fabrication ancestral, son mode de préparation valant 2 mois de séchage naturel et son mode de cuisson étalé sur 36 heures, cette céramique atteint des qualités et des performances exceptionnelles. De plus, de par l’implantation des résistances dans celle-ci, ainsi que la conception du radiateur, il est possible d’atteindre les sommets dans le monde de l’économie et du confort.

Généralement, le principe va d’une seule céramique par puissance pour une meilleure répartition de la chaleur, une implantation des résistances coulées dans la masse sur le pourtour de la céramique pour une montée en température plus rapide.

radiateur puissant à inertieLorsque le radiateur à inertie sèche en céramique terre de larnage est éteint il continue la restitution de chaleur qui a été accumulée pendant sa période de fonctionnement. En effet, Lorsque le radiateur est sous tension, la céramique se charge en chaleur sans pour autant augmenter la consommation électrique. Lorsque la température choisie est atteinte, le radiateur s’éteint et la céramique prend le relais en restituant la chaleur emmagasinée. Cette technique permet d’obtenir un point chaud permanent au sein de la pièce. Ceci met fin aux variations thermiques. Le radiateur diffuse une chaleur homogène et constante du sol au plafond. Votre radiateur à inertie sèche devient une véritable centrale de chaleur. Les enfants n’ont plus froid même assis sur le sol et finis les frissons et les pieds gelés.

Les 3 procédés en présence, et donc rayonnement, convection et inertie, confèrent une chaleur qui dure un certain temps, même éteints. L’inertie de la céramique en terre de larnage permet d’obtenir une chaleur douce et sans à-coups.

Au cours du rayonnement, l’échange de chaleur se fait par rayonnement infrarouge. La source de chaleur envoie des rayonnements infrarouges et vous réchauffe à distance Pour le constater, placez les mains au-dessus d’une tasse de thé bien chaud, vous sentez la chaleur bien qu’il n’y ait pas de contact.

Concernant la convection, on distingue la convection naturelle, où le mouvement de l’air est spontané et libre à l’exemple de la tasse de thé qui est encore fumante avec de l’air chaud qui s’élève, et la convection forcée, lors de laquelle le mouvement de l’air est activé pour accélérer l’échange thermique entre les deux corps. Comme lorsque l’on souffle sur sa tasse de thé pour qu’elle refroidisse plus vite.

Enfin, l’inertie thermique est la capacité d’un appareil, ou d’un corps, à conserver à un niveau constant sa température. En effet, pour un chauffage, l’inertie représente la capacité à diffuser de manière durable et constante de la chaleur. D’autre part, un chauffage avec une bonne inertie s’opposerait à un chauffage par à-coups. Celui-ci est adapté pour tout type d’habitation.

On note aussi une sensation douce de la chaleur qui caresse la peau, le fonctionnement silencieux du dispositif, une hygrométrie respectée et donc pas de dessèchement de l’air ou de l’environnement, son caractère propre car ne salit pas les murs, l’excellence du confort, et une très bonne stabilité de la température.

D’autre part, la terre blanche de larnage est extraite dans les carrières du nord de la Drome et utilisée depuis 1840 pour la conception de fours à pains professionnels et bénéficie d’une qualité et d’une résistance exceptionnelle. Ses vertus particulières et sa composition confèrent à la céramique le pouvoir de générer une excellente montée en température, une accumulation très importante et une restitution très lente de la chaleur, sans consommation électrique permanente. Les résistances scellées dans la masse, excluant ainsi tout contact avec l’air et les poussières, assurent un excellent transfert thermique et sont la garantie d’une jeunesse éternelle. De ce fait, aucune poussière brulée, plus aucune trace noire au mur, et ce avec le respect d’une hygrométrie ambiante remarquable.

Toute céramique traditionnelle a un taux d’alumine compris entre 45 et 60% alors que la terre blanche de larnage a un taux d’alumine de 21,45%. Ainsi, plus il y a d’alumine dans la céramique, moins on accumule et moins on diffuse longtemps. Inversement, moins il y a d’alumine dans la céramique, plus on accumule et plus on restitue lentement.



L’économie avec le radiateur à inertie sèche

radiateur à inertie sècheUn radiateur à inertie sèche coûte généralement entre 400 et 1500 euros. Les écarts de prix d’un radiateur à l’autre dépendent du modèle, de la puissance du radiateur et des caractéristiques techniques. Dans tous les cas, ce sont des radiateurs qui permettent de faire des économies d’énergie importantes par rapport aux radiateurs classiques : de l’ordre de 20 à 45% par rapport à un convecteur classique. Par conséquent, l’investissement à l’acquisition est rapidement amorti à l’usage.

Plus le radiateur est lourd, plus il retient la chaleur. En effet, c’est la masse de la matière utilisée comme cœur de chauffe du radiateur qui constitue principalement le poids du radiateur. A technologie similaire, plus cette matière est lourde, plus elle est capable de conserver la chaleur, et donc augmente l’économie en énergie.

Vue qu’ils consomment généralement moins d’énergie, ils sont donc à privilégier pour les pièces de vie comme le séjour, la salle à manger ou encore la cuisine, étant donné que la chaleur qu’ils apportent est constante.

Bien choisir la puissance de son radiateur est important pour l’économie en énergie. Ce qui vaut pour tous les radiateurs est d’autant plus vrai pour les radiateurs à inertie sèche : quand on choisit un radiateur insuffisamment puissant pour la taille de la pièce, le radiateur s’allume constamment. Il en résulte que le fonctionnement n’est plus vraiment à inertie et l’on consomme trop d’énergie. A l’inverse, un radiateur surpuissant par rapport à la taille de la pièce coûtera plus cher à l’achat. Ce qui est donc inutile. Attention donc à choisir la puissance de votre radiateur à inertie en fonction de vos besoins.

Enfin, dans les écarts de prix entre les différents radiateurs à inertie sèche rentrent aussi en ligne de compte le design. Il en existe par exemple en granit, en pierre de lave, en verre. Certains radiateurs minéraux sont même de véritables œuvres d’art, ce qui explique leur prix. Toutefois le coût de l’installation est faible. D’autre part la forte inertie avec une accumulation très importante et une restitution très lente de la chaleur n’implique pas une consommation électrique permanente.

Compte tenu de la manière dont le radiateur à inertie sèche fonctionne, c’est l’appareil de chauffage électrique idéal pour les pièces à vivre. Grâce à une montée de température qui s’effectue très vite, vous vous sentirez toujours totalement à votre aise dans les pièces que vous fréquentez le plus longtemps tout au long de la journée. A l’achat d’un tel radiateur électrique, il est vivement recommandé de procéder à une évaluation de la puissance nécessaire afin d’opter pour l’appareil le mieux adapté. Il faudra ainsi tenir compte de l’isolation dont bénéficie votre habitation et des éventuelles sources de déperdition de chaleur. Un chauffage électrique qui est combiné avec une isolation médiocre est synonyme de gaspillage d’énergie. Avant d’installer de nouveaux radiateurs, prenez donc soin d’évaluer vos réels besoins. Vous pouvez faire appel aux services d’un professionnel pour procéder à cette estimation si nécessaire.

Comme le générateur de chaleur est en même temps l’émetteur de celle-ci, le radiateur à inertie sèche offre un rendement proche de 100%, le rendant particulièrement économique et rentable puisque toute l’électricité consommée au compteur est transformée en chaleur. En le couplant à un thermostat d’ambiance, vous optimisez votre consommation en gérant la température ambiante de l’ensemble de votre logement, en fonction de vos absences ou du moment de la journée. N’oubliez pas non plus que les économies peuvent être conférées par les énergies renouvelables. Un radiateur à inertie sèche se choisit en fonction de son prix qui peut varier entre 400 et 1500 euros selon la puissance, la marque et la technologie utilisée. Un prix trop bas devrait vous alerter quant à la qualité médiocre du radiateur.